Ikigami : préavis de mort

Sorti entre 2005 et 2012, le manga Ikigami a connu un réel succès. Ecrit et dessiné par Motorō Mase et édité par Kaze en France. Un seinen que j’ai découvert par hasard. J’ai tout de suite accroché à la philosophie : que ferez-vous les dernières 24 heures de votre vie?


pzcvuwexzvxgiasrnoca

Le fond

C’est par cette question que se construit l’univers et l’intrigue de ce seinen. Dans une dimension parallèle à la notre, le Japon a créé une loi de sauvegarde de la prospérité tuant 1 habitant sur 1000 entre 18 et 25 ans grâce à une nanomolécule injectée sous forme de vaccin à l’âge de 6 ans. Cette loi est censée redonner goût à la vie et insuffler une envie de profiter de chaque jour comme si c’était le dernier. Je dis “censer” car vous verrez que les personnages n’ont pas forcément conscience que cela tombera sur eux et préfère s’en tenir à la bonne vieille rengaine: “ça n’arrive qu’aux autres!”.

La forme

Un manga en 10 volumes qui montre l’aspect psychologique de plusieurs personnages qui vont mourir dans 24h. Pour cela, nous suivons la vie quotidienne du fonctionnaire mandaté d’annoncer aux élus de la nation leur mort inéluctable en venant à leur domicile leur remettre le préavis de mort. Cela se présente comme une carte d’identité seulement à la seule différence qu’il y a la date et l’heure du décès inscrits. Une bonne intrigue d’un point du vue original. Le seul hic c’est qu’on se demande pourquoi et dans quel but suivre ces futurs héros sacrifiés?

Les dessins sont soignés et magnifiques. Dans un style vraiment adulte et personnel, le mangaka retranscrit les états d’âmes des personnages avec justesse et brio. Le manga est parsemé de dessins en double page qui sont de vraies œuvres d’art. Je pense notamment à un dessin de street art fait par un des personnages qui m’a littéralement bluffé. L’ambiance du manga laisse planer un goût d’injustice tant les singularités des personnages sont variées. Vu leur âge, il est très facile de s’identifier à eux ce qui nous remplit d’empathie à leur égard et nous rend sensible à leur fin tragique.

Conclusion

Alors deux possibilités, soit 2 volumes sont en trop car le rythme est redondant et l’histoire n’avance pas ; soit il manque 1 ou 2 volume(s) pour expliciter et faire durer le suspense de la fin qui est de qualité mais à mon goût un peu bâclée. On arrive au volume 10 sans vraiment d’attente particulière ni de suspense et le manga se finit un peu comme ça… Dommage, c’était pourtant une très bonne idée dans un style de narration non machinéen!

Laisser un commentaire