Naissance du 10ème art

Voilà mon premier article de cette année 2015 qui commence plutôt mal dans notre beau pays en paix. Ceci dit, cette année nous promet d’être plutôt radieuse pour nous autres les geeks, entendez ici les passionnés de jeux vidéo et non ces adolescents pré-pubères qui ne jurent que par « Call of » et ne connaissent rien à l’histoire du jeu vidéo. Oui, cet article s’adresse particulièrement aux personnes de ma génération qui ont vu naître les jeux vidéo et ont grandi avec. Aujourd’hui, en entendant l’appellation « Dixième art », je me rends compte que je suis heureux d’avoir vécu cela.


Loin de moi l’idée d’être nostalgique ou de faire mon vieux con en disant « de toute façon c’était mieux avant ! » mais l’idée de me dire que je pourrai raconter à mes enfants et mes petits enfants l’évolution du jeu vidéo m’enchante. Qui peut se vanter d’avoir vécu la naissance d’un nouvel art? Si aujourd’hui, cette dénomination parait amplement justifiée et méritée, il y a encore 25 ans c’était loin d’être le cas. Car oui, après une première naissance très innovante dans les années 70 avec l’avènement Pong et la floraison de bornes d’arcade, il faudra véritablement attendre 1983 pour voir la première console populaire de salon. Au japon, la « Nes » de notre chère marque nippone à l’aspect ludique pullule dans les foyers. Les machines précédentes « Amstrad », « Odissey », « Atari 2600 », étant plutôt réservées à un public averti, Nintendo arrive à faire une console très facile d’utilisation avec un design « jouet ». Quelques jours avant que je souffle ma première bougie, la « Nes » débarque en France. La suite certains l’ont vécu d’autres l’ont entendu.

Avec ce nouvel objet ludique, le jeu vidéo signe sa renaissance dans un contexte économique défavorable. En 1983, un krach boursier va frapper de plein fouet la toute nouvelle industrie du jeu vidéo. Cependant, grâce à l’arrivée de la « Nes », le jeu vidéo va se démocratiser et se populariser pour notre plus grand plaisir. Depuis, le marché du jeu vidéo n’a cessé de prendre de l’ampleur attirant des sociétés d’autres secteurs: Sega, Sony, Microsoft pour ne citer que les plus grandes. Les jeux vidéo vont connaître une véritable évolution et leur domaine d’utilisation dépasse aujourd’hui le simple loisir. Avec un réalisme de plus en plus poussé, les simulations sont de vrais moyens d’entraînement dans plusieurs domaines. Après avoir été injustement pointés du doigt sur leur caractère violent ou abrutissant, rendant les adolescents dépressifs, isolés, obèses, et j’en passe… Les jeux vidéo jouissent d’une reconnaissance et de titre de « Dixième art ». Qui aurait pu croire cela il y une trentaine d’années? Surtout depuis que le MOMA les a fait entrer dans leur prestigieuse et renommée collection.

Tout cela pour dire un grand merci à tous ceux qui ont cru et croient encore à ce loisir, cette passion, cet art! Avec le recul et au vu de ma connaissance sur le sujet, le temps passé à jouer avec une manette dans la main depuis maintenant 25 ans et l’argent dépensé, je peux sans prétention me qualifier de passionné. Je peux raconter sans mal mes noëls et anniversaires à découvrir mes nouvelles consoles ou nouveaux jeux. Décembre 1991, je viens de fêter mes 5 ans, noël approche, mon grand frère me dit connaitre l’endroit où notre cadeau est caché. Il me montre et décide de brancher la « Nes » la journée pendant que nos parents travaillent! Cela reste mon premier souvenir lié aux jeux vidéo. Je me rappelle aussi avoir pleurer de joie pour la Nintendo 64 alors que je n’avais eu que Mario Kart 64 le 24 au soir, la console arrivait 2 jours plus tard ! Mes joies n’ont pas été des moindres non plus pour les PlayStation ou la Dreamcast. J’ai grandi au rythme des générations des consoles avec leur évolution. J’ai donc vraiment connu le passage de la 2D à la 3D, du jeu à 2 au jeu à 4 et du multi on-line sur console. Bien entendu, ce n’est pas fini, le jeu vidéo évolue encore avec l’ère de la réalité virtuelle et la dématérialisation.

consoles1-600x450
Les consoles qui ont bercé ma jeunesse

Je suis fier de me dire que je pourrai partager cela avec mes futurs enfants sans crainte ni a priori sur le sujet. Je m’imagine déjà leur raconter comment on jouait avec 2 boutons et une croix multidirectionnelle à un jeu en 2D. Les jeux vidéo font partie de ma vie et de mon histoire et cela n’est pas prêt de changer. Je tiens donc encore à remercier tous les professionnels de cette grande industrie et grande famille qui n’ont jamais cessé d’y croire et prennent des risques pour notre plus grand bonheur. Continuez de nous faire rêver!

i_top-jeux-video

2 commentaires sur “Naissance du 10ème art”

  1. Je suis plutot contente aussi de l’époque et des jeux avec lesquels j’ai grandi ! Je ne sais pas jusqu’où la technologie ira (smartphone et autres objets connectés) … Mais je regarde ça d’un oeil suspect et interrogateur. J’aime ma gameboy, ma nes, ma playstation… mes pokémons, crash, spyro…

    J’aime l’idée qu’un jour le JV sera un art !

Laisser un commentaire