The Crew : Test de la bêta sur PS4

Autant vous le dire, j’attendais mon code pour la bêta avec impatience. J’ai eu la chance de pouvoir jouer à une version alpha sur Paris au mois de juin qui m’avait simplement laissé sur ma faim. Une impression de renouveau et d’originalité en était ressortie. N’étant pas un joueur PC, j’ai dû prendre mon mal en patience pour attendre cette fameuse bêta sur PS4. Connaissant donc le concept et les premières courses j’attendais de voir ce qu’il y avait autour. Je vais parler ici de mon ressenti et de mes impressions, ne prenez pas pour argent comptant mes dires sur cette démo. Alors que vaut la bêta de The Crew? M’a-t-elle donné envie de précommander le jeu en cette fin d’année chargée en sortie? Ubisoft ont-ils réussi leur pari d’un jeu de voiture MMORPG?


La première chose frappante: c’est la mauvaise réalisation du jeu. Sur ce point, je suis tout à fait d’accord avec Lucian Blight (bloggueur avéré et rédacteur sur pszone.fr) en disant que c’est le même moteur graphique que Watchdogs. Même si sur PC, la bêta semblait effectivement plus belle, sur PS4 elle n’est pas digne de ce que nous pouvons attendre aujourd’hui un an après la sortie de la next-gen. Je trouve que les textures ne sont pas très réalistes, surtout au niveau des reflets de la lumière, et certains véhicules de la circulation se montrent être des « légos ». Je dresse ici un portrait assez noir de la réalisation mais je pense que les joueurs d’aujourd’hui sont en droit d’être exigeants surtout envers Ubisoft. Cependant, les cinématiques sont soignées et les personnages plus vrais que nature… dommage qu’Ubi ne se soient pas tournés vers une réalisation plus réaliste. Je les aurais plus facilement pardonner s’il n’y avait pas eu Watchdogs avant, mais là, difficile de fermer les yeux surtout au vu de la concurrence. Ceci dit, le jeu est vraiment bien optimisé et les temps de chargements sont vraiment très courts voire inexistants.

Voiture "lego" de la circulation
Voiture « lego » de la circulation
Vue d'une cinématique
Vue d’une cinématique

Après avoir choisi ma première voiture, je me retrouve en mode libre sur cette map géante représentant plus ou moins fidèlement les Etats-Unis (on retrouve les différents types de paysages réels). Je me mets à rouler au volant de ma Dodge Challenger Srt8 qui est carrément lourde car c’est une « muscle car », on les aime pour ça. La conduite type arcade de The Crew est assez facile à prendre en main et les différents revêtements offrent différentes sensations (asphalte, terre, herbe, sable, etc.). Je reproche juste un manque de sensation de vitesse et une mauvaise gestion des dégâts qui sont plus qu’irréalistes (si vous percutez un lampadaire à 30km/h, celui-ci s’envole littéralement et votre voiture en sort indemne).

Bon, la réalisation ce n’est tout. The Crew dispose de gros points forts dont la personnalisation de votre voiture. Là faut avouer qu’ils ont mis le paquet. D’abord, les voitures disposent de plusieurs styles en fonctions des épreuves à passer. Les styles sont au nombre de 6: Full stock (d’origine), Street (pour le mode libre), Dirt (pour la terre), Raid (pour faire le Paris-Dakar), Performance (pour semer la police et épater les autres pilotes) et enfin Circuit (non homologué pour la ville). Cela permet de voir des voitures aux carrosseries inhabituelles (une Porshe Cayman version 4×4 c’est pas tous les jours qu’on en croise). Chacun des 6 modes est personnalisable à souhait avec à disposition un large choix de pièces détachées. Outre les classiques ailerons avant/arrière, jantes, peintures, stickers, il est aussi possible de modifier les pièces du moteur. On pourra même aller jusqu’à modifier la couleur de ses sièges. En gros, ce serait incongru de croiser une voiture identique à la votre. En plus de tout cela, votre voiture évoluera sous forme de niveau au fil du temps et vous gagnerez des points de compétences destinés à améliorer les capacités de votre pilote (boost, freinage, gain d’xp, etc.).

Venons en au jeu lui même. Le scénario ne vole pas haut en terme d’originalité mais il fallait bien une raison pour se tirer la bourre avec nos bolides survitaminés. Dans le monde ouvert de The Crew, on peut trouver un panel de choses à faire (surement trop même pour certains) et pour preuve, quand on ouvre la carte, c’est trop fouillis et l’affichage n’est pas clair. Heureusement, on peut le trier et laisser afficher ce qui nous intéresse. Pour ma part, je me suis focalisé sur les missions du mode scénario. Quand vous sélectionnez une épreuve sur la carte, vous avez trois possibilités: soit de la marquer comme destination (une ligne bleue fera office de gps au-dessus de votre voiture), soit de l’activer directement ou soit de vous rendre sur le lieu de l’épreuve (de mémoire, celle-ci sert à ce qu’un crew puisse lancer la même course en pvp ou pve). Pour visiter les rues de Detroit, j’ai préféré le premier choix. J’ai ainsi pu découvrir des mini-épreuves facultatives sur mon chemin (slalom, saut, concours de vitesse) qui ma foi rendent le voyage moins ennuyeux et rapportent de l’xp. Quant aux épreuves, j’ai pu en faire quelques unes et toutes différentes: courses, 1vs1, takedown, course poursuite, livraison de véhicule et ligne droite (style dragster). Une grosse particularité reste le fait qu’elles sont presque toutes jouables en coop’. Il suffit juste de sélectionner « coop’ rapide » et les joueurs aux alentours reçoivent l’invitation. Le matchmaking se fait très rapidement et très facilement: vous attendez quelques instants et la course se lance avec vos convives. Il faut avouer qu’Ubisoft a vraiment bien réussi ce côté qui représente, à mon sens, toute la philosophie du jeu.

En conclusion, personnellement, j’en attendais beaucoup et misais gros sur cette nouvelle licence mais malheureusement la bêta ne m’a pas convaincu. Avec sa réalisation en deçà de ce qui se fait aujourd’hui, son maigre scénario et son univers trop chargé à mon goût The Crew ne m’a pas conféré une expérience digne de ce nom. Malgré de très bonnes idées et un côté coopération ultrasimpliste, The Crew reste pour moi trop brouillon et confus. Peut-être faut-il jouer en crew pour profiter à fond de l’expérience? Je finirai quand même sur une bonne note car j’ai trouvé la bande son géniale (Miles Kane, Bloc party entre aurtes).

Si vous voulez en découvrir plus, je vous invite à regarder le podcast de la bêta PC de Lucian Blight ici. Respect à lui pour sa conduite au clavier!

Laisser un commentaire